DSDEN 94 - L’éducation dans le Val-de-Marne

DSDEN 94 - L’éducation dans le Val-de-Marne


DSDEN
École, élèves, familles
Action éducative et pédagogique
Personnels
Jeunesse engagement sport

Fermer X



Fermer X


Enseignements et inclusion scolaire
Evènements


Fermer X



Fermer X



Fermer X


DSDEN

École, élèves, familles

Action éducative et pédagogique

Personnels

Jeunesse engagement sport

Spécial

Agendas

Diaporama À la une

Accueil > Action éducative et pédagogique > Les enseignements > L’école maternelle > Outils de l’enseignant > Ressources

Ressources

Bibliographie

Cette bibliographie est issue des propositions du pôle départemental de réflexion sur la maternelle. Elle a été enrichie au fur et à mesure des travaux du groupe, des apports des différents stages et des nouveautés.

Plan de la page : 

  • Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions : l’oral, l’écrit
    • Oser entrer en communication
    • Comprendre et apprendre
    • Ecouter de l’écrit et comprendre - Découvrir la fonction de l’écrit - Commencer à produire des écrits et en découvrir le fonctionnement
    • Découvrir le principe alphabétique - Commencer à réfléchir sur la langue et acquérir une conscience phonologique
  • Construire les premiers outils pour structurer la pensée
  • Explorer le monde
  • Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques

 

  • Une école qui s’adapte aux jeunes enfants
  • Une école où les enfants vont apprendre ensemble et vivre ensemble

 

Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions : l’oral, l’écrit


Oser entrer en communication


Comment les enfants apprennent à parler
J. Bruner, Retz, 2002

C’est en jouant avec l’adulte que le bébé commence à construire sa langue maternelle.
Quand il a compris qu’on peut "faire faire des choses avec des mots", il a déjà appris une chose importante : la langue peut servir à signaler une intention. Il apprend ainsi l’usage du langage avant d’apprendre à parler. Pour Jérôme Bruner, un des plus brillants psychologues de notre époque, la langue s’acquiert en tant qu’instrument de régulation dans l’interaction sociale. Il insiste sur la fonction du langage plutôt que sur sa forme.
Le jeu partagé et ritualisé permet à l’enfant de découvrir le rôle de la communication elle-même et la structure des actes dans lesquels elle intervient. C’est grâce à la présence d’un adulte qui interprète et formalise les "signaux" du bébé que ce processus peut s’engager. Il ne s’agit donc pas d’une imitation comme on l’a longtemps pensé, ni d’un dispositif inné qui fonctionnerait automatiquement, sans assistance, mais d’un "système de support pour l’acquisition du langage" qui permettrait à l’enfant de le construire lui-même, grâce à ce "support".
À travers ce livre, Jérôme Bruner nous permet de l’accompagner dans l’observation des jeunes enfants qui apprennent à parler dans leur cadre familial. La clarté de son expression nous rend compréhensible un processus aussi complexe que l’acquisition du langage. Pour tous ceux qui souhaitent mieux comprendre comment et pourquoi le jeune enfant apprend à communiquer et à organiser sa représentation du monde, ce livre apporte un éclaircissement passionnant et nouveau.

 

 

Apprendre à penser, parler, lire, écrire
L. Lentin, ESF collection pédagogies, 2009.

Tout le monde invoque aujourd’hui les « apprentissages fondamentaux » et chacun s’accorde à reconnaître leur importance. Mais on va parfois trop vite et l’on se fixe abusivement sur des exercices formels en oubliant dans quelle dynamique ils s’inscrivent. Laurence Lentin a montré, dans tous ses travaux, que lire et écrire correctement supposait d’apprendre à penser et à parler et, surtout, que c’est en s’inscrivant dans l’intelligence de cette continuité qu’on pouvait le mieux aider l’enfant et favoriser sa réussite.
Ainsi ses recherches rompent-elles aussi bien avec les idées reçues traditionnelles qu’avec les modes passagères. Elles partent de la manière dont l’enfant accède à la pensée et au langage et montrent comment l’adulte – en famille, à la crèche ou à l’école – peut devenir auprès de lui un « médiateur expert ».
On trouvera donc dans Apprendre à penser, parler, lire, écrire des descriptions précises des différents apprentissages, du penser et du parler, du lire et de l’écrire. On trouvera aussi des réponses concrètes à une multitude de questions que se posent les éducateurs et enseignants sur le langage spontané, la portée des échanges entre enfants, l’acquisition du vocabulaire, l’utilisation des albums, l’entrée dans l’écrit, mais aussi les difficultés spécifiques de certains enfants et la nécessité d’un accompagnement individualisé.
On trouvera, enfin, des documents utilisables aussi bien avec les enfants qu’en formation d’adultes, des outils pour les praticiens et pour les chercheurs.
Apprendre à penser, parler, lire, écrire est un livre indispensable pour tous les professionnels de la petite enfance aujourd’hui.

 

 

Construction du langage à l’école maternelle
M. Conscience, JB. Schneider, G. Brasseur, Accès, 2003.

La construction du langage est le cœur des activités de l’école maternelle. La mission majeure de l’École est de tout faire pour que les différences initiales ne se transforment pas plus tard en échec pour les enfants les moins avancés.

CLEM vous permet :

  • de mieux connaître les acquis nécessaires et les étapes à franchir pour l’enfant dans sa construction du langage entre 3 et 6 ans,
  • d’observer et de repérer des difficultés de langage auprès des enfants qui vous sont confiés.

 

 

Enseigner la langue orale en maternelle
Philippe Boisseau, CDDP/Retz, 2005.

Cet ouvrage insiste sur l’enjeu de la syntaxe : aider l’enfant à différencier ses pronoms, l’encourager à la construction de son système des temps et à la complexification de ses phrases. Sur cette base, l’enrichissement du vocabulaire se met en place. Au regard de la construction de la syntaxe, les enfants ne progressent pas au même rythme. Des écarts considérables les séparent et peuvent subsister à la fin de la maternelle. Or, "L’école maternelle a un rôle essentiel dans le repérage et la prévention des déficits ou des troubles, rôle qu’elle doit assumer pleinement, en particulier pour les troubles spécifiques du langage." (Programmes). Philippe Boisseau apporte des pistes pédagogiques étayées par des objectifs d’apprentissage précis, qui respectent le rythme d’apprentissage de chacun et donc susceptibles d’aider tous les enfants dans l’appropriation du langage.

 

 

Parler ensemble en maternelle, La maîtrise de l’oral, l’initiation à l’écrit
Agnès Florin, Paris : Ellipses, 1995.

Cet ouvrage s’adresse aux enseignants d’école maternelle et élémentaire, aux professionnels de la petite enfance et aux parents soucieux du développement des compétences de communication et du langage des jeunes enfants.
L’auteur y expose :

  • Une lecture critique des textes officiels,
  • Une présentation des apports de la recherche sur le développement (notamment langagier) des jeunes enfants,
  • Des propositions concernant le développement de l’oral et l’initiation à l’écrit.

Des réponses concrètes sont apportées aux questions que se posent tous ceux qui veulent aider les enfants dans leur acquisition du langage instrument privilégié de communication et de représentation : quelles activités mettre en œuvre ? comment prendre en compte la diversité des enfants dans la classe ? dans les groupes de langage ? dans les groupes conversationnels ? quel est le sens des activités proposées pour les enfants comme pour les adultes ?

Il s’agit de pistes de travail expérimentées dans des classes de maternelle et qui ont fait l’objet d’évaluations avec le concours des enseignants et des membres des réseaux d’aide.


 

 

Ateliers de langage pour l’école maternelle
Jean François Simonpoli, Paris : Hachette Éducation, 1995.

Cet ouvrage est le prolongement pratique des théories développées par l’auteur dans « La conversation enfantine » et « Apprendre à communiquer ». Il propose des outils pédagogiques et des exemples qui s’articulent autour de quatre volets : des outils pour observer, des fiches de mise en situation :

  • parler pour être (communication et prise de parole),
  • parler pour mettre en mots l’expérience (décrire, expliquer, raconter, comprendre, fabriquer, diriger… ),
  • parler pour faire varier les formes (enrichir le lexique, faire varier les temps… ),
  • parler pour fabriquer du sens.

Des fiches d’évaluation des compétences pour les trois sections de la maternelle et des propositions de programmation peuvent s’adapter aux projets de nouveaux programmes.

 

 

Rites et rutuels à lécole maternelle
CD-ROM, collection "Les outils de l’AGEEM", 2006.

Pour apporter des réponses professionnelles aux questions concernant l’accueil, les regroupements etc. etc., les temps ritualisés de l’école maternelle. Ces questions répétées installent le doute quant à la valeur et à l’efficacité des pratiques de l’école maternelle... Voilà notre réponse associative, évolutive et perfectible, fondée sur des essais de terrain.

 

 

Construire des rituels à la maternelle. PS, MS, GS. Livret + DVD
Catherine Dumas, Retz, 2009.

La collection "Des situations pour apprendre", accompagnée d’un DVD, offre des outils pratiques et structurés qui facilitent la mise en œuvre de situations spécifiques à la maternelle, transférables aux besoins de la classe. Tous les enseignants de maternelle connaissent l’importance des rituels et les pratiquent souvent depuis la petite section. Mais si l’on n’y prend garde, ceux-ci se déroulent toujours de la même manière, de la PS à la GS, et se transforment en routine. Pour éviter qu’ils ne soient vidés de leur sens, il faut les repenser en termes de contraintes pour une autonomie maximale et un apprentissage précis. Etayé par des situations concrètes, cet ouvrage revisite les activités ritualisées en travaillant l’articulation entre les temps dévolus à ces rituels et les autres formes d’organisation de la classe (comme les ateliers ou les temps d’accueil], en réfléchissant à leur place, à leur quantité, à leur diversification et en prenant en compte apprentissages et différenciation pédagogique. En partant de deux situations, proches des enseignants : le calendrier et l’appel, cet outil permet de comprendre comment faire évoluer ces rituels. Pour chacun, il propose de véritables grilles permettant d’organiser la progressivité des apprentissages dans l’ensemble de la scolarité maternelle. Le DVD accompagnant l’ouvrage met en scène 19 séquences vidéos tournées en classe et un diaporama de photos. Elles montrent comment mener ces deux rituels de la petite à la grande section, en rendant visible leur évolution dans le temps.


 

Les rituels à l’école maternelle
Sophie Briquet-Duhaze et Fabienne Quibel-Perinelle, Nathan, 2009.

Cet ouvrage couvre tous les niveaux de l’école maternelle de la section des petits à la grande section. Il comprend trois parties.

  • Partie 1 : Brève, elle présente les fondements des rituels dans les textes officiels de 2008.
  • Partie 2 : L’essentiel du livre. Elle est constituée de fiches pratiques concernant les différents rituels présentés : les calendriers (4 fiches), l’appel (4 fiches), l’emploi du temps (4 fiches), le temps qu’il fait (4 fiches), les civilités (1 fiche), les responsabilités (3 fiches), l’accueil (3 fiches), la récréation (3 fiches), le passage aux toilettes (1 fiche), la sieste (2 fiches). Chaque fiche présente le thème, le niveau, les objectifs, le déroulement et s’achève par une représentation photographique, à titre d’exemple.
  • Partie 3 : Synthétique, elle propose une progression des différents rituels selon les niveaux de classe.

 

Comprendre et apprendre

 

Le savoir en construction 
Britt-Mari Barth Retz 2002

Le défi le plus important à relever dans la formation des enseignants et des formateurs est sans doute d’arriver à susciter un changement conceptuel dans le rapport qu’ils entretiennent avec le savoir et son élaboration. Qu’est-ce que le savoir ? Qu’est-ce qui anime le processus enseigner-apprendre ? En fait, nos "théories" implicites dans ce domaine influencent forcément notre pratique pédagogique.
En général, nous les avons élaborées au gré de notre propre expérience en tant qu’apprenant. À ce titre, elles ne peuvent plus être suffisantes telles quelles pour celui ou celle qui est devenu enseignant ou formateur. Il lui faut des outils d’analyse pour modifier et élargir sa perception intuitive. L’observation de situations pédagogiques, l’analyse des conceptions qu’ont les enfants des savoirs à acquérir (en particulier lorsque celles-ci sont fausses par rapport à la norme retenue) sont à l’origine du premier ouvrage de Britt-Mari Barth, L’apprentissage de l’abstraction, qui proposait des "méthodes pour apprendre".
C’est à présent le "pourquoi des choses", le fondement théorique de cette approche, ainsi que sa formalisation qui sont au cœur de la recherche de l’auteur. Cinq étapes en interaction sont examinées :

  • rendre le savoir accessible ;
  • l’exprimer dans une forme concrète ;
  • engager l’apprenant dans un processus d’élaboration de connaissances ;
  • guider le processus de co-construction de sens ;
  • préparer au transfert des connaissances et à la capacité d’abstraction.

Cet ouvrage s’adresse aux formateurs et aux enseignants, et à tout éducateur qui souhaite réfléchir sur les conditions permettant aux apprenants, quels qu’ils soient, de construire leur savoir.

 

 

Ecouter de l’écrit et comprendre - Découvrir la fonction de l’écrit - Commencer à produire des écrits et en découvrir le fonctionnement


 

Construire le geste graphique en maternelle
Marie-Thérèse Zerbato-Poudou, Florence Gruninger, Retz 2015


L’organisation en 5 périodes sur une année scolaire, favorise la progression des élèves.
Cet ouvrage est conçu pour une appropriation très rapide de la démarche en double page :

Ce titre, dédié à la petite section, présente des ateliers visant à développer l’habileté grapho-motrice, en partant des tracés spontanés des enfants jusqu’à la maîtrise du geste. Cet ouvrage propose une réelle progression sur une année organisée en 5 périodes qui ont chacune un objectif d’apprentissage : produire des griffonnages et des empreintes, explorer les lignes et les formes, s’exercer, accroître l’expertise motrice, se perfectionner.
Cette progression a été testée auprès de 6 classes de PS.

Chaque atelier part de ce que l’élève sait faire, à chaque période de l’année, pour le conduire progressivement à perfectionner son geste et son tracé. Les tâches sont simples et structurées (par exemple, tracer des lignes, les prolonger, les longer puis « repasser sur ») en utilisant différents outils scripteurs (toujours adaptés à leur niveau) et des formats variés (notamment le format carré est privilégié et une piste évolutive est mise en place).

Cette approche, qui s’attache plus à la construction du geste qu’à la valorisation du tracé final, permet de rompre avec les exercices graphiques traditionnels.

 

 

Apprendre à écrire de la PS à la GS 
Marie-Thérèse Zerbato-Poudou- Retz 2007

Les rapports entre apprentissage de l’écriture et activités graphiques sont désormais pris en compte dans les instructions officielles. Mais on constate un grand vide méthodologique sur le terrain. Chaque enseignant « bricole » comme il peut sans souci d’une réelle progressivité et structuration des activités.

Cet ouvrage veut combler ce vide.
Dans une première partie, l’auteur pose le cadre théorique et didactique de cet enseignement. Elle dresse un rapide panorama du statut et des fonctions de l’écrit en maternelle, pose la question de l’enseignement de l’écriture en tant qu’activité scolaire, puis interroge les pré-requis qu’il suppose. Enfin, elle met en évidence la nécessité de penser en permanence la pertinence des choix pédagogiques.
La deuxième partie articule les préconisations des documents d’accompagnement des programmes et un vaste répertoire de situations d’apprentissage pour chaque niveau de classe : PS, MS, GS. Ces situations, commentées, montrent qu’il faut penser cet apprentissage dans une réelle programmation tout au long des cycles 1 et 2.
Dans la dernière partie, l’auteur répond aux questions récurrentes des enseignants qui concernent à la fois l’organisation générale de cet enseignement et ses modalités, ainsi que les problèmes rencontrés dans ce cadre et les aides à apporter : Que faire avec les gauchers ? Que faire lorsque l’enfant écrit en miroir ? Quelle place accorder au modèle ? Comment détecter la préférence manuelle ? Quel est le rôle de la mémoire dans cet apprentissage ? En quoi l’ordinateur peut-il être utile ? À quel moment doit-on écrire sur des feuilles avec lignage, avec réglures seyiès ? etc.


 

Albums, mode d’emploi
Dominique Alamichel, CRDP de Creteil, 2010 (première édition 2000).

Albums, mode d’emploi permet aux professeurs des écoles des cycles 1, 2 et 3, aux bibliothécaires et à tous les médiateurs du livre de se repérer dans la profusion des ouvrages. Cette édition, entièrement actualisée et désormais en couleur, a renouvelé une centaine de titres. En tout cinq cents albums sont évoqués, choisis pour leur qualité et leur intérêt.

Des fiches pédagogiques, ciblées par niveau, permettent aux enseignants de travailler sur la dimension créatrice des œuvres et d’initier les élèves à la narration, au graphisme, à l’étude des illustrations ainsi qu’au choix d’un livre, en len avec d’autres domaines d’expression, théatre, arts visuels, éducation musicale. Mêlant analyse et pratique, l’ouvrage stimule la mise en place, en classe ou en BCD, d’activités variées visant à développer le goût des livres et de la littérature de jeunesse qui a, de son côté, fait son entrée dans les programmes de l’école depuis 2002.


 

Apprentissages progressifs de l’écrit à l’école maternelle
Mireille Brigaudiot, Hachette Profession enseignant, 2006.

La démarche Prog d’enseignement vise la réussite de tous les enfants dans leur première conquête de l’écrit. Il s’agit de progressivité des apprentissages langagiers que le maître induit, encourage, accompagne, grâce à des dispositifs particulièrement adaptés aux jeunes enfants. Cet ouvrage et son fichier photocopiable complémentaire s’adressent aux enseignants d’école maternelle désireux de pratiquer une différenciation pédagogique et de travailler en équipe de cycle, ainsi qu’aux formateurs d’IUFM qui ont besoin de s’appuyer sur des pratiques théorisées spécifiques à l’école maternelle.


 

Apprentissages de la langue et conduites culturelles
Madeleine Corbenois, Bernard Devanne, Éric Dupuy, Monique Martel, Bordas 2000.

Cet ouvrage décrit les modalités de mise en œuvre d’une organisation culturelle des apprentissages, de la petite à la grande section, à partir notamment des albums de littérature jeunesse. Dans le travail de mise en réseau des livres, c’est la mise en réseau de la pensée qui est en jeu. Le repérage, le traitement et la mise en relation des informations sont des compétences transférables et fondamentales. Les exemples concrets de situations pédagogiques font de ce livre un outil précieux pour la transformation des pratiques, pour la réussite de tous les élèves.
 

 

Découvrir le principe alphabétique - Commencer à réfléchir sur la langue et acquérir une conscience phonologique



Imagiers, abécédaires, livres à compter
 Arlette Weber, Scérén [CNDP-CRDP Créteil], 2010.

L’objectif de cette publication est avant tout pratique : permettre aux professeurs des cycles 1 et 2, et tout particulièrement à ceux qui débutent dans le métier, de s’emparer des imagiers, des abécédaires et des livres à compter pour en faire des supports originaux d’apprentissages et d’activités créatrices.

 

Phono - Développer les compétences phonologiques. Grande section et début de CP
Sylvie Cèbe, Jean-Louis Paour, Roland Goigoux, Hatier, 2004.

PHONO propose :

  • une planification de 21 semaines de travail à raison de 2 ou 3 séances hebdomadaires menées en collectif ;
  • un ensemble de séquences pour apprendre à discriminer, segmenter, dénombrer, fusionner, comparer, transformer les unités linguistiques (mots, syllabes, rimes, attaques ou phonèmes) ;
  • un déroulement stable pour aider les élèves à comprendre ce qu’on attend d’eux ;
  • des tâches ajustées aux compétences enfantines et aux pratiques habituelles des enseignant(e)s ;
  • des phases régulières de réflexion sur les procédures apprises.

S’utilise avec l’imagier (des mêmes auteurs) qui est composé de 240 cartes à découper.



Catégo, maternelle toutes sections : apprendre à catégoriser.

Sylvie Cèbe, Jean-Louis Paour, Roland Goigoux, Hatier, 2004.

S’utilise avec l’imagier (des mêmes auteurs).

Catégoriser consiste à considérer de manière équivalente des objets, des personnes ou des situations qui partagent des caractéristiques communes.
Des principes pédagogiques qui reposent sur les recherches les plus récentes en psychologie du développement de l’enfant et en sciences de l’éducation.
L’enseignant trouvera dans ce guide :

  • les principes pédagogiques ;
  • les règles des 72 jeux : pour chaque jeu, figure l’intention pédagogique, le matériel, la règle du jeu et les conseils pratiques.

 

 

Imagier.
Sylvie Cèbe, Jean-Louis Paour, Roland Goigoux, Hatier, 2004.

240 cartes à découper, supports des activités.
Ces images mobiles favorisent une construction dynamique des connaissances et permettent d’en saisir la diversité relationnelle, contrairement aux imagiers traditionnels qui offrent une vision figée, simplifiée et conventionnelle du monde.
Les thèmes représentés sont traités selon plusieurs modalités graphiques, photos et dessins variés en noir et blanc et en couleur : les animaux, les jouets, l’école, le cirque, la maison, les desserts, la ferme, la classe, les vêtements, le sport, etc.
Une fois découpées, les cartes vont être assemblées ou dispersées selon des associations variables décrites dans les guides du maître CATEGO (pour apprendre à catégoriser) et PHONO (développer les compétences phonologiques).


Le travail sur les syllabes pour l’éveil à la conscience phonologique. 
Danielle Quillan, Dès la MS, Hachette Éducation Pédagogie Pratique, 2008.

Cet ouvrage est conçu pour l’enseignant comme un véritable outil pédagogique d’aide à la préparation de la classe.
Son objectif est de développer chez l’enfant des compétences nécessaires à la construction de la conscience syllabique.
Le cédérom propose un imagier, des fiches pour les élèves et du matériel.
Le lecteur trouvera dans cet ouvrage des pistes pratiques dans la perspective de la mise en place d’activités pédagogiques complémentaires.

 

L’écoute des bruits et des sons pour l’éveil à la conscience phonologique
Danielle Quillan, Dès la MS, Hachette Éducation Pédagogie Pratique, 2008.

Cet ouvrage est conçu pour l’enseignant comme un véritable outil pédagogique d’aide à la préparation de la classe.
Son objectif est de proposer des activités pour amener les élèves à porter une attention sélective aux sons.
Il propose des séances pour travailler où l’enfant va développer des compétences qui seront réinvesties plus tard dans les activités touchant aux sonorités de la langue orale.
Le cédérom propose un imagier, du matériel collectif et individuel ainsi que des fiches évaluatives pour les élèves.
Le lecteur trouvera dans cet ouvrage des pistes pratiques dans la perspective de la mise en place d’activités pédagogiques complémentaires.


 

L’écoute de phrases et de mots pour l’éveil à la conscience phonologique,
Danielle Quillan, Dès la MS, Hachette Éducation Pédagogie Pratique, 2008.

Cet ouvrage est conçu pour l’enseignant comme un véritable outil pédagogique d’aide à la préparation de la classe.
Son objectif est de faire prendre conscience à l’enfant que le langage oral est constitué de phrases, elles-mêmes formées de mots, préalable important à la segmentation de mots en syllabes.
Il propose des séances pour travailler les concepts de phrases et de mots.
Le cédérom propose un imagier, du matériel collectif, des fiches pour les élèves ainsi que des comptines et leurs images séquentielles.
Le lecteur trouvera dans cet ouvrage des pistes pratiques dans la perspective de la mise en place d’activités pédagogiques complémentaires.

 

Construire les premiers outils pour structurer la pensée


Enseigner les mathématiques à la maternelle
Françoise Cerquetti-Aberkane, Catherine Berdonneau, Collection Profession enseignant, Hachette éducation, 2003.

Ce livre propose à l’enseignant des éléments théoriques, des rappels historiques et surtout de très nombreuses activités variées de la petite section à la grande section. (126 fiches au total)
L’ouvrage est divisé en 5 parties.

  • La mise en place des activités, comprend l’organisation matérielle de la classe, la résolution de problèmes, des généralités sur l’utilisation de jeux en classe ;
  • La formation de l’esprit logique traite d’abord du développement de l’esprit logique, du classement et de la sériation, du codage et du décodage, des suites et algorithmes ;
  • Le repérage dans l’espace aborde la connaissance générale de l’espace et la géométrie ;
  • Les activités numériques s’intéressent à la lecture et à l’écriture des nombres, à l’histoire et à la pratique des nombres ;
  • L’approche de la mesure propose des activités sur les grandeurs et la mesure ainsi que sur le repérage dans le temps.

Dans chacune des parties, pour chaque notion abordée, on trouve un tableau récapitulatif des objectifs à atteindre pour les différentes sections de l’école maternelle.
Faire des mathématiques en maternelle, c’est amener l’enfant à agir dans des situations quotidiennes, puis à l’inciter à structurer ses connaissances. Les fiches pédagogiques proposées vont dans ce sens.
Toutes ces activités ont été expérimentées dans des classes ordinaires d’école maternelle.

 


Mathématiques actives pour les tout-petits
Catherine Berdonneau, Collection Profession enseignant Hachette éducation, 2007.

L’auteur, docteur en didactique des mathématiques, professeur à l’IUFM de Paris, présente un ensemble de situations qui prennent en compte le jeune âge des élèves, la nécessité des manipulations et l’organisation des apprentissages. L’organisation pédagogique qu’elle propose s’étend des manipulations inévitables, aux moments de langages, au développement sensoriels. Les contenus mathématiques abordables en section des tout-petits sont organisés en quatre champs :

  • le développement de la pensée logique ;
  • le domaine numérique ;
  • la structuration de l’espace et la découverte de la géométrie ;
  • le repérage et l’approche de la mesure.

Les activités proposées tiennent compte du rythme de vie à l’école et à la diversité des enfants de cet âge.

 

 

Vers les maths - Petite section
Gaëtan Duprey, Sophie Duprey, Catherine Sautenet, éditions Accès, 2010.

Comment programmer et concevoir des situations d’apprentissages mathématiques, résoudre des problèmes dès l’école maternelle ? Comment automatiser les compétences numériques des élèves ? Comment associer la pratique du langage aux activités mathématiques ? 4 domaines d’activités avec le support des fiches de travail, de recherche et d’évaluation avec de multiples situations de manipulation et de résolution de problèmes.

  • Découvrir le monde des formes et des grandeurs ;
  • Approcher les quantités et les nombres ;
  • Se repérer dans l’espace ;
  • Se repérer dans le temps.

Vers les maths - Moyenne section
Gaëtan Duprey, Sophie Duprey, Catherine Sautenet, éditions Accès, 2009.

Comment programmer et concevoir des situations d’apprentissages mathématiques, résoudre des problèmes dès l’école maternelle ? Comment automatiser les compétences numériques des élèves ? Comment associer la pratique du langage aux activités mathématiques ? 4 domaines d’activités avec le support des fiches de travail, de recherche et d’évaluation avec de multiples situations de manipulation et de résolution de problèmes.

  • Découvrir le monde des formes et des grandeurs ;
  • Approcher les quantités et les nombres ;
  • Se repérer dans l’espace ;
  • Se repérer dans le temps.

 

Vers les maths - Grande section
Gaëtan Duprey, Sophie Duprey, Catherine Sautenet, éditions Accès, 2009.

Comment programmer et concevoir des situations d’apprentissages mathématiques, résoudre des problèmes dès l’école maternelle ? Comment automatiser les compétences numériques des élèves ? Comment associer la pratique du langage aux activités mathématiques ? 5 domaines d’activités avec le support des fiches de travail, de recherche et d’évaluation avec de multiples situations de manipulation et de résolution de problèmes.

  • Découvrir le monde des formes et des grandeurs ;
  • Approcher les quantités et les nombres ;
  • Se repérer dans l’espace ;
  • Se repérer dans le temps ;
  • Apprendre à chercher.

 

 

Apprentissages numériques et résolution de problèmes GS
Nouvelle édition 2005, nouveau format et nouvelle maquette.

La collection Ermel est une série d’ouvrages qui résultent de nombreuses années de recherches et d’activités expérimentales par l’équipe didactique des mathématiques de l’I.N.R.P. sur les apprentissages numériques et la résolution de problèmes.
Cette équipe, composée de formateurs en IUFM et de professeurs des écoles, a analysé les pratiques et les difficultés de l’enseignement des nombres, du calcul et de la résolution de problèmes au cycle des apprentissages fondamentaux.
Ce livre s’adresse aussi bien aux enseignants qu’aux formateurs.
Des propositions d’enseignement expérimentées, fondées sur :

  • la prise en compte des compétences initiales des enfants ;
  • l’appropriation progressive des nombres à travers des situations de résolution de problèmes ;
  • le renforcement et le réinvestissement réguliers des acquis.

 

Explorer le monde

Temps et temporalité
Mireille Brigaudiot, Benoît Falaize, CRDP du Limousin, 2002.

Un ouvrage court et quasi indispensable : après une partie très explicite portant sur un apport scientifique et didactique de la construction de la notion de temps dans une perspective où les acquisitions langagières sont constamment mises en relation avec la notion de temps, les auteurs proposent une mise en pratique accompagnée de fiches. Cette mise en pratique, validée dans plusieurs classes, dans toutes les sections de l’école maternelle, prend en compte les derniers acquis de la recherche didactique.

 

Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques


 

De la trace à l’écriture, une approche culturelle et sensorielle du graphisme / observer, tracer, découvrir l’écriture
Danielle Agouridas, Chantal Bouguennec, Arlette Weber, CRDP Créteil, 2006.

Avant que les élèves n’abordent le geste précis du graphisme, lequel demande une abstraction et une dextérité certaines, il nous paraît indispensable de les aider à percevoir, ressentir, s’essayer à tracer. Une approche culturelle du graphisme à travers différentes productions artistiques et artisanales contribue, d’une part, à élargir le champ de créativité des enfants et, d’autre part, à atteindre la précision du geste et du tracé. Dès lors, on s’appuie sur la maîtrise du graphisme pour aborder le tracé des lettres, savoir-faire indispensable dans la perspective de l’écriture comme moyen de communication. Cet ouvrage est accompagné d’une pochette de 20 photographies originales pour découvrir des éléments graphiques dans l’environnement immédiat. Il propose une série de fiches d’activités concrètes pour utiliser ces photographies ainsi qu’une « boîte à outils ». Il s’adresse particulièrement aux enseignants des cycles 1 et 2.
 

Une école qui s’adapte aux jeunes enfants

 


La charge cognitive
Lucile Chanquoy, André Tricot, John Sweller, Théorie et applications, Armand Colin, 2007.

Cet ouvrage propose une synthèse de l’état actuel des connaissances issues - entre autres - de la psychologie et de l’ergonomie afin d’expliquer la notion de charge cognitive. Pour faciliter la compréhension de cette théorie, les fondements cognitifs des phénomènes liés à la charge sont présentés : qu’est-ce qui provoque la charge cognitive ? Comment fonctionne-t-elle ? Quelles conséquences a-t-elle ? Des applications liées à la charge cognitive sont proposées dans de nombreux domaines (psychologie, ergonomie, médecine, etc.). Ainsi, cet ouvrage peut à la fois être conçu comme apportant des connaissances fondamentales sur une notion centrale mais controversée en psychologie - et dans d’autres domaines - et comme proposant des solutions appliquées pour réduire la charge cognitive dans la vie quotidienne, scolaire et professionnelle, chez des adultes ou chez des enfants.

 


Parler et écrire pour penser, apprendre et se construire
Jean-Charles Chabanne, Dominique Bucheron, L’écrit et l’oral réflexifs, PUF, 2002.

L’objectif de ce travail est d’établir un bilan des recherches orientées vers l’analyse du lien entre l’activité des élèves des classes primaires et secondaires et leurs pratiques langagières écrites et orales. Le langage n’est pas seulement un moyen d’enregistrer et de communiquer les résultats du travail de la pensée mais l’une de ses fonctions essentielles est de rendre possible cette activité de la pensée, de la développer et de l’organiser. Certaines contributions éclairent l’importance des décisions de l’enseignant, sa manière de transmettre les consignes et d’étayer les activités d’apprentissage.

 


Introduction à la psychologie du développement
Agnès Florin, Enfance et adolescence, Les Topos, Dunod, 2003.

De la naissance à l’âge adulte, quelles sont les caractéristiques majeures du développement psychologique ? Plusieurs périodes peuvent être distinguées, chacune avec ses spécificités : petite enfance, âge scolaire, adolescence. Comment une acquisition dans un domaine a-t-elle des répercussions dans un autre ? Les différents aspects du développement sont ici considérés : sensoriel et moteur, social et affectif, cognitif et moral, langagier. Les relations entre développement et éducation permettent de comprendre comment les adultes peuvent accompagner le développement des enfants.

 

 

La psychologie de l’enfant
Olivier Houdé, Que sais-je ? Presses Universitaires de France 2004.

De nouvelles découvertes sur le développement du cerveau et de l’intelligence ont modifié en profondeur nos connaissances sur la psychologie de l’enfant. À partir d’expériences simples que chacun peut réaliser à la maison ou à l’école, mais aussi en faisant le point sur les apports des sciences cognitives à propos du singe, du bébé, de l’enfant et de l’adulte, cet ouvrage explique avec clarté comment se construit la cognition humaine. Tout en rendant hommage à l’œvre de Jean Piaget, le plus grand psychologue de l’enfant au XXe siècle, Olivier Houdé réexamine sa théorie et propose ici une conception nouvelle du développement de l’intelligence.

 

 

Le développement social de l’enfant. Du bébé à l’enfant d’âge scolaire
C. Zaouche-Gaudron, Les Topos, Dunod, (2ème édition) 2010.

Dès sa naissance et au cours de la petite enfance, l’enfant entretient des rapports successifs et différenciés avec le monde des personnes et le monde des objets. Afin d’étudier les processus de subjectivation et de socialisation, sont d’abord abordées ici les premières relations que l’enfant établit, au sein de sa famille, avec ses deux parents, mais aussi celles qui constituent le lien fraternel. Les conduites sociales entre pairs et les relations de l’enfant au monde institutionnel, à travers la socialisation précoce à la crèche et l’intégration sociale à l’école, sont ensuite analysées. Destiné tout d’abord aux futurs psychologues, cet ouvrage s’adresse aussi aux professionnels de l’enfance et aux enseignants qui s’intéressent aux relations interpersonnelles de l’enfant.

 

 

Introduction à la psychologie du développement
Agnès Florin, Enfance et adolescence, Les Topos, Dunod, 2003.

 

 

Le premier lien. Théorie de l’attachement
Blaise Pierrehumbert, Odile Jacob, 2003.

La théorie de l’attachement a rencontré un succès étonnant. Issue de la psychanalyse et de l’éthologie, après un long détour par la psychologie du développement, elle a suscité l’intérêt des principaux modèles théoriques cliniques - psychodynamique, systémique, cognitivo-comportemental. Afin de bien comprendre ce mouvement de création scientifique, Blaise Pierrehumbert examine les quatre moments clés qui ont marqué l’histoire de cette théorie tout au long de la seconde moitié du XXe siècle. Il montre en particulier comment, d’une théorie accordant le primat aux premières relations affectives avec les parents, la théorie de l’attachement est parvenue, pour le développement de l’enfant, à proposer une articulation entre l’inné et l’acquis.
L’ouvrage de référence pour mieux comprendre le lien unique entre parents et enfants. Psychologue, spécialiste de la théorie de l’attachement, Blaise Pierrehumbert exerce au Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et enseigne à l’Université de Lausanne.

 

 

Le monde des bébés
P. Rochat, Odile Jacob 2006.

Lorsqu’il regarde un mobile s’agitant au-dessus de son berceau, sa mère qui s’approche ou ses petits doigts de pied qui gigotent, qu’est-ce qu’un bébé découvre ? N’est-ce pour lui qu’un brouillard confus ? Que ressent-il ? Que comprend-il à ce qui se passe autour de lui et au sein même de son corps ? À quel moment commence-t-il à considérer les autres comme des personnes, dotées de sentiments et d’intentions ? À quel moment prend-il conscience de lui-même ?
Voici une introduction limpide et émouvante à l’un des champs les plus en pointe de la psychologie scientifique, une plongée étonnante dans ce que voit, entend, ressent le tout-petit.
Philippe Rochat est professeur de psychologie à l’Université Emory, aux États-Unis.

 

 

« La classe des deux ans : parler, apprendre, vivre ensemble »
Catherine Le Cunff, en collaboration avec Brigitte Guenezant, éditions Hachette 2004.

La classe des 2 ans : parler, apprendre, vivre ensemble, vos choix et vos intuitions pédagogiques, les parents et l’équipe de l’école, le langage oral, les apprentissages moteurs,

 

 

Petite enfance, éveil aux savoirs
Collectif, Ministère de l’emploi et de la solidarité, Groupe permanent de lutte contre l’illettrisme, La Documentation Française, 1997.

Cet ouvrage se penche sur le développement des jeunes enfants, il propose un état des recherches, des exemples d’initiatives concrètes, et un tableau d’ensemble des politiques menées en faveur de l’éveil culturel des jeunes enfants. L’échec scolaire n’est pas inéluctable.
L’importance et la qualité des contributions témoignent de l’évolution des pratiques et des dispositifs

 


Première école, premiers enjeux
Anne-Marie Gioux, Hachette éducation 2000, 2008.

Cet ouvrage est la réunion d’une dizaine de conférences, l’auteur y présente de façon concrète les enjeux de l’école maternelle ainsi que des propositions de pratiques qui correspondent : la scolarisation des enfants de deux ans, la lisibilité de l’école et la construction de sens, l’apprentissage du langage et les évaluations des compétences langagières, l’entrée dans l’écrit et les étapes de cet apprentissage, les stratégies d’apprentissage, l’évaluation, la différenciation au cycle 1, la culture de l’image, la notion de contrat dans les conduites scolaires et enfin la définition contemporaine et réactualisée de la fonction d’enseignant(e) à l’école maternelle.

 

 

ATSEM-enseignant : travailler ensemble
F. Gillot-Gravouil, P. Leterme, T. Vasse, CRDP Pays de Loire, 2008.

La mise à disposition, par les collectivités territoriales, d’agents spécialisés des écoles maternelles dans l’enseignement primaire constitue l’un des partenariats majeurs engagés entre l’État et les communes.
De cette spécificité historique, indispensable au fonctionnement de l’école maternelle, est née une réelle complexité dans la construction de collaborations ATSEM–enseignants plus ou moins heureuses, très souvent subies, trop rarement efficaces.

N’est-il pas devenu nécessaire, à un moment où l’école maternelle s’interroge sur son devenir qualitatif, qu’un regard lucide soit porté sur ces partenariats internes ?

À partir de nombreux témoignages d’acteurs de terrain et de la recherche-action initiée par l’auteur, cet ouvrage se propose d’aider à comprendre les obstacles en jeu et d’identifier les leviers qui permettront de construire des collaborations aptes à contribuer à la mise en œuvre des missions assignées à l’école.Les propositions formulées dans cet ouvrage, à l’intention des différents acteurs des collectivités territoriales et de l’éducation nationale, devraient permettre de mieux prendre en compte cette problématique pour aider les professionnels de l’école maternelle à travailler ensemble.

 

 

Le guide de l’ATSEM : tout sur l’école maternelle
Thierry VasseObjectif ATSEM, Fonction publique, Hachette éducation, 2011.

Comment aider un enfant qui apprend ? L’ATSEM peut-il remplacer un enseignant absent ? Le directeur d’école est-il le supérieur hiérarchique des ATSEM ? Les parents peuvent-ils choisir les jours de scolarisation pour leur enfant ?
Objectif ATSEM répond à ces questions et à bien d’autres encore.

 

Une école où les enfants vont apprendre ensemble et vivre ensemble


La politesse à l’école. Une compétence sociale pour réussir ?
Laurence Filisetti, Coll. Regards sur l’éducation, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

« Dis bonjour », « N’oublie pas de dire merci », « Tiens-toi comme il faut », « Enlève ta casquette »… Dès le plus jeune âge de l’enfant, les adultes insistent auprès de lui pour qu’il utilise les règles de politesse. Mais que se passe-t-il s’il les transgresse ? Et à l’école, quelles sont les conséquences de sa politesse ou de son impolitesse ? Le comportement de l’enfant peut-il avoir des répercussions sur ses apprentissages et ses résultats scolaires ? Si oui, pourquoi, et comment cela s’explique-t-il ? Les enfants sont-ils tous égaux quant à la connaissance des normes de politesse ? Quels sont, du point de vue des éducateurs, les comportements de politesse que l’on est en mesure d’attendre selon l’âge des enfants ? Doit-on enseigner aux élèves comment se comporter avec les autres ? Pourquoi ? Autant de questions que cet ouvrage soulève et auxquelles l’auteur tente de répondre.

Pour cela, elle expose les résultats de ses recherches et s’appuie sur les connaissances en sociologie, en psycholinguistique ou en psychologie sociale. Mais au-delà de la politesse, l’auteur s’interroge sur l’importance que l’on devrait accorder aux compétences sociales de l’élève à l’école. Les lecteurs, qu’ils soient enseignants, étudiants ou parents, trouveront sans doute de quoi enrichir leur réflexion à ce sujet.

 

Comment l’enfant devient élève en maternelle ?
M.T. Zerbato-Poudou, Retz, 2009.

Cet ouvrage apporte un point de vue nouveau sur la socialisation scolaire et l’apprentissage à l’école maternelle. Il montre en quoi les contraintes organisationnelles, loin d’être des obstacles pour les élèves, peuvent constituer des ressources...

 

Favoriser l’estime de soi de 0 à 6 ans
Danièle Laporte, Pour les parents, Hôpital Sainte-Justine, 2002.

De la naissance à 6 ans, le tout-petit se forge une image de lui-même au contact de ses parents et des personnes qui comptent pour lui (fratrie, enseignants…). Ceux-ci sont les mieux placés pour l’aider à développer des attitudes de base qui lui permettront d’acquérir peu à peu une bonne estime de soi.
Comment amener le tout-petit à se sentir en sécurité, l’aider à développer son identité, lui apprendre à vivre en société, le guider pour qu’il connaisse des réussites ?
Ce livre répond à ces grandes questions et permet de suivre les progrès que le tout-petit accomplit dans le développement d’une identité positive.

Danielle Laporte : psychologue clinicienne et auteur de nombreux ouvrages sur la psychologie de l’enfant et les relations entre parents et enfants.

 

L’enfant et la peur d’apprendre
Serge Boimare, Enfances, Dunod, 2004 2ème édition.


L’ouvrage est consacré aux principales techniques de remédiation psychologiques à mettre en oeuvre auprès des enfants en situation d’échec scolaire grave. Là où les outils pédagogiques traditionnels restent inopérants, l’auteur prouve l’efficacité des méthodes psychopédagogiques à caractère analytique pour permettre à l’enfant de mobiliser à nouveau ses processus cognitifs en surmontant inhibitions et blocages liés à la peur d’apprendre.
Cette nouvelle édition comporte deux chapitres supplémentaires.

Serge Boimare : Psychopédagogue directeur du Centre Médico-Psychopédagogique Claude Bernard.

 

A la maternelle voir grand
Marie-Christine Poisson, Louise Sarrasin, Gestion de classe, Chenelière/Mac Graw-Hill, 1998.

À l’heure où la maternelle au Québec ouvre grand ses portes à l’enfant, voici un livre inspiré et inspirant. Les auteures proposent aux principaux acteurs – l’enseignante, le parent et l’enfant – de jouer pleinement leur rôle et surtout, de VOIR GRAND, en misant sur des valeurs comme le respect, l’égalité, l’estime de soi, l’autonomie, l’entraide, la curiosité et la réflexion.
L’enseignante et le parent y trouveront des outils concrets et des pistes de réflexion qui les aideront à jouer pleinement leur rôle. Les activités proposées s’appuient sur une pédagogie de la réussite qui éveille chez l’enfant le goût de la découverte et de la vie à la maternelle.

Les auteures sont enseignantes dans les écoles montréalaises.

 

Guide pour enseigner autrement selon la théorie des intelligences multiples (+ DVD)
Sous la direction de Véronique Garas et de Claudine Chevalier, Retz 2011.

La théorie des intelligences multiples a été formulée par Howard Gardner, psychologue. Cette approche permet à l’enfant d’être vu à travers ses richesses liées à ses formes d’intelligence et non à travers ses difficultés ou échecs.
Une rapide synthèse de cette théorie en début d’ouvrage, permet de mieux comprendre son réel apport dans la pédagogie. Fruit d’une expérimentation dans les classes de maternelle, il propose dans le reste de l’ouvrage, un ensemble de modules visant des objectifs notionnels par domaine, au programme du cycle 1, et traités selon les 8 formes d’intelligence.
Un DVD avec des vidéos et des supports accompagnent la mise en œuvre de ces modules.

Collectif d’auteurs sous la direction de Véronique Garas, Directrice d’école d’application, formatrice à l’U-PEC et de Claudine Chevalier, professeur certifié de mathématiques à l’U-PEC.

 

Le classeur des savoirs
Christine Bauducco, Christine Chaillol, Retz, 2010.

Cet outil poursuit un double objectif :

  • pour l’élève, il permet de comprendre qu’il apprend et ce qu’il apprend en conservant la trace des apprentissages ; mais aussi de comprendre que tout ce qu’il a appris peut être réinvesti, qu’il peut relier les anciens et les nouveaux savoirs ;
  • pour l’enseignant, il permet de faciliter la programmation et la cohérence des apprentissages dans la classe et dans l’école, ainsi que mieux communiquer auprès des parents en donnant à voir la trace des apprentissages.

À partir d’exemples précis et dans tous les domaines des programmes, l’ouvrage décrit comment réaliser un classeur des savoirs facilement accessible à l’ensemble de la classe (voire de l’école) en explicitant :

la méthodologie d’élaboration des fiches qui enrichissent ce classeur au fil du temps ;

  • la mise en forme du classeur ;
  • la mise en œuvre des fiches et du classeur en classe et dans l’école.

Le CD-Rom contient :

  • l’ensemble des fiches reproduites dans l’ouvrage au format PDF ;
  • de nombreux exemples supplémentaires de fiches réalisées en classe au format PDF ;
  • 15 matrices prédéfinies pour créer facilement ses propres fiches.


Je coopère, je m’amuse
Christine Fortin, Didactique, Chenelière 2004.

Le jeu coopératif favorise le travail d’équipe, l’harmonie, la collaboration et le partage,valeurs trop souvent mises à l’écart dans notre société qui privilégie la compétition, le rendement et l’élitisme.Ce type de jeu amène les participants à développer, dans un esprit de solidarité, leurs capacités de communication, leurs habiletés à fraterniser et à partager, des attitudes sociales positives et bien d’autres encore.
Je coopère, je m’amuse propose une centaine d’activités très souples qui s’adaptent selon le lieu, le nombre de joueurs, leur âge ou le temps qu’il fait. Avec cet ouvrage, les valeurs coopératives ont dorénavant leur place dans la cour de récréation, lors du camp de vacances ou dans les activités de loisir.
L’usage de ce recueil d’activités ludiques prendra toute sa valeur s’il est accompagné par un enseignant qui donne le sens de l’action et explicite les règles de la victoire pour toutes et tous. Enfin, voilà un instrument pratique, de consultation facile, dont les consignes simples et concises facilitent la mise sur pied des activités.
Je coopère, je m’amuse comprend des annexes reproductibles pour tous les jeux qui nécessitent du matériel particulier.

Ouvrages associés

  • La coopération un jeu d’enfant ;
  • La coopération en classe ;
  • La coopération au fil des jours ;
  • Coopérer pour réussir préscolaire et 1er cycle ;
  • Coopérer pour réussir cycle 2 et 3 ;
  • Coopérer à 5 ans.

 

Coopérer pour réussir - Préscolaire et 1er cycle
Lucie Andreoli, Odette Fugère, Martine Sabourin, Chenelière Education, 2001.

Coopérer pour réussir contient des scénarios d’apprentissage coopératif qui s’insèrent dans les apprentissages scolaires à réaliser en salle de classe et tiennent compte du développement de compétences. Les auteurs se sont inspirés de la Réforme pour planifier et élaborer des activités d’apprentissage, avec un grand désir de mettre les élèves en action dans des situations diverses, de susciter le sens de l’équipe dans des rapports personnels égalitaires et de permettre par l’interaction une dynamique stimulante pour soutenir la réussite de tous les élèves. Le titre choisi, Coopérer pour réussir, illustre bien leur préoccupation de faire en sorte que le moins de personnes possible soient exclues de la réussite à l’école. Leur objectif est que ces scénarios d’apprentissage coopératif, parce qu’ils amènent les élèves à parler et à travailler ensemble, autrement dit à coopérer, leur permettent de s’approprier des savoirs, des habiletés et des capacités qui, espérons-le, se transformeront en compétences.

 

Devenir élève. Un enjeu pour la maternelle
Liliane Chalon, Marie Piton, Repères pour agir, Scérén 2012.

Devenir élève : ce nouveau domaine d’activité est au cœur de l’école maternelle. Entré dans les programmes en 2008, ses enjeux sont essentiels pour la réussite scolaire. Il s’agit d’aider chaque enfant à reconnaître son identité et à la conforter, à vivre avec les autres : il va apprendre à respecter les règles de la vie collective, les usages de l’école et plus largement ceux de la vie en société. Devenir élève, c’est aussi trouver sa place dans l’école : l’enseignant va conduire l’enfant vers son autonomie. Conçu pour aider les enseignants de maternelle, cet ouvrage accompagne la mise en œuvre de ce domaine d’activité.


Devenir élève apporte :

  • un éclairage théorique sur la notion ;
  • des outils pour construire sa démarche ;
  • des pistes pour élargir la réflexion.

Chacun(e) peut s’en saisir pour mener ses propres pratiques pédagogiques, en s’inspirant d’expériences concrètes et en s’appuyant sur une lecture des programmes articulée autour de propositions d’actions au service des progrès des enfants. Les auteures, inspectrice de l’éducation nationale et conseillère pédagogique, livrent ici un ouvrage précieux. Elles font le tour de la question sans éluder les interrogations qu’elle suscite. Leur propos s’inscrit dans une optique résolument engagée : l’héritage de chercheurs qui ont souhaité se mettre au service des enfants.


Les auteures :

Liliane Chalon a d’abord enseigné le français dans un collège de zone d’éducation prioritaire avant de devenir inspectrice de l’éducation nationale en 1991 dans le Val-de-Marne et à Paris. L’école maternelle a toujours été pour elle une priorité. De 2003 à 2010, elle a animé des groupes de réflexion sur l’école maternelle. Membre d’Enfance Majuscule et de l’AGSAS de Jacques Lévine, elle a introduit les ateliers philo en Val-de-Marne en 1996 et milite depuis pour leur développement. Conquise par les « Petits livres », elle en a encouragé cette pratique dans les écoles. Elle a par ailleurs, de 1999 à 2003, représenté l’éducation nationale à la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT).
Marie Piton a été conseillère pédagogique de l’éducation nationale à Paris jusqu’en 2010. Elle a conduit une réflexion sur le rôle de l’enseignant « pédagogue » dont une des missions premières est d’accompagner ses élèves dans ses apprentissages et de les conduire à réaliser leurs savoirs. Elle s’est intéressée à la mise en place de la pédagogie différenciée dans les classes. Elle a publié divers ouvrages de pédagogie parus chez Nathan et a collaboré à la revue JDI (Journal des instituteurs) édité chez Nathan.


L’entrée dans l’école
Michèle Bolsterli, Olivier Maulini, Édition De Boeck, 2007.

À l’école, les élèves rencontrent une série de tâches et de savoirs qui peuvent être plus ou moins explicités dans les programmes officiels. Mais ils doivent aussi assumer un certain rapport au savoir, c’est-à-dire l’ensemble des relations que l’école entretient avec les objets, les situations et les processus d’apprentissage. Ce rapport ne fait pas forcément l’objet d’un enseignement délibéré, mais c’est précisément parce qu’il se construit plutôt dans le registre implicite et/ou inconscient qu’il peut durablement conditionner les apprentissages et l’expérience scolaire des élèves. Entre les enfants qui répondent et ceux qui ne répondent pas aux attentes de l’institution, les inégalités peuvent se creuser dès les premiers degrés. Entrer dans l’école, c’est s’initier au métier d’élève en assimilant plus ou moins facilement un certain mode (scolaire) d’appropriation du savoir (scolaire).
D’où une question vive, à la fois théorique et pratique : entre le rapport au savoir de l’école et le rapport au savoir des élèves, quel est le lien ? Autrement dit, quel est le rapport entre les savoirs tels qu’ils sont conçus, pensés, organisés, enseignés par l’école, et les savoirs tels qu’ils sont appris, construits, compris par les élèves ? Cet ouvrage pose ces questions en concentrant l’analyse sur les premières années de la scolarité (préscolaire, école enfantine, école élémentaire, école maternelle ; en Belgique, en France et en Suisse). Il problématise l’entrée dans l’école en étudiant tour à tour les représentations des acteurs, les pratiques pédagogiques, les apprentissages des élèves, les rapports entre recherche et travail de terrain.
Aux enseignants, formateurs, chercheurs en éducation, il propose des outils pour mieux comprendre comment les enfants et leurs familles rencontrent le savoir et la culture scolaires, comment évolue et/ou peut évoluer la première étape de la scolarisation.

 


L’école maternelle, une école différente ?
Anne-Marie Gioux, Hachette Éducation, 2009.

Dix ans après la publication de Première école, premiers enjeux, Anne-Marie Gioux observe, décrit et analyse l’évolution de la première école, non obligatoire, mais dont l’influence est décisive pour le devenir scolaire de tous les élèves. Ce nouvel ouvrage fait le point sur les acquis théoriques et sur les pistes concrètes caractérisant l’identité spécifique de la première école. L’auteur met en évidence les perspectives fructueuses nées de l’articulation entre praticiens et chercheurs en sciences humaines ; ce faisant, elle pose les bases formatives d’une expertise professionnelle transférable à tous les niveaux de la scolarité des élèves.


Construire des projets pour la réussite des élèves à l’école maternelle
C. Lefebvre-Puech, S. Lebas, P. Lamet, Collection Projets pour l’école, CRDP académie de Créteil, 2006.

Cet ouvrage présente une réflexion menée avec des chercheurs dans une école maternelle d’application sur les conditions indispensables à la réussite des élèves : la prise en compte de l’élève dans sa globalité, la posture de l’enseignant, le développement d’une bonne estime de soi des élèves, la relation vis-à-vis des familles et des partenaires...
Il s’adresse à tous ceux qui souhaitent, dans cette perspective, mettre en place des projets dès l’école maternelle, qu’ils soient débutants, enseignants confirmés ou formateurs. Après un apport théorique et un rappel concernant les instructions officielles, une deuxième partie propose des outils concrets pour mettre en place dans l’école et dans les classes les conditions de la réussite des élèves.
La troisième partie expose des projets d’apprentissage en situation : ateliers de philosophie ; ateliers de littérature autour de récits mythologiques ; atelier scientifique d’élevage de papillons ; atelier pluridisciplinaire autour du thème de la "maison" ; élaboration d’outils d’apprentissage : des cahiers-albums.

 

 

Apprendre à l’école - Apprendre l’école
Sous la direction d’Elisabeth Bautier, Éditions Chronique sociale, 2006.

Cet ouvrage étudie les pratiques scolaires en maternelle afin de comprendre comment peuvent, ou non, se construire, dès les débuts de l’école, les habitudes de travail et la socialisation intellectuelle nécessaires à la construction des savoirs et à la poursuite d’une scolarité. Ces observations mettent en évidence les sources de difficultés rencontrées par les élèves, notamment ceux de milieu populaire, dans leur confrontation avec les activités et les situations d’apprentissage mises en œuvre par les enseignants.
Sous la direction d’Elisabeth Bautier, professeur des Universités, coresponsable de l’équipe ESCOL (Université Paris 8), ce livre rassemble les contributions d’auteurs qui ont une activité dans l’enseignement primaire et participent aux recherches ESCOL.
Un ouvrage qui rassemble les repères nécessaires pour permettre aux enseignants d’analyser, dynamiser leurs pratiques et renforcer leurs échanges !

 


Les chemins des savoirs en maternelle
Michèle Libratti, Christine Passerieux, Préface Élisabeth Bautier, Éditions Chronique Sociale 2000.

Pour assurer la réussite de tous, l’école maternelle doit rendre sa pédagogie lisible et partager avec parents et enfants ses objectifs et ses enjeux.
Cet ouvrage ouvre des pistes de réflexion sur la notion d’apprentissage à l’école maternelle et sur les actions et dispositifs à mettre en place pour que les enfants construisent du sens à leur présence à l’école en dépassant le « faire ». Une mise en perspective des enjeux et des situations permet de comprendre la démarche globale qui doit conduire les élèves de la maternelle à la réussite et l’importance des pratiques de classe sur cet objectif.

© DSDEN94 - article actualisé le 6 juillet 2018

Agenda

Du 6 juillet au 2 septembre 
► Vacances d’Été 

Lundi 8 juillet 2024 à partir de 8h00.
►  Résultats du Bac

12 juillet
► 
 Parcoursup : fin de la phase d’admission






Niveau d'alerte


Sites institutionnels
Ministère de l’Education nationale
Académie de Créteil
Préfecture du Val-de-Marne
Eduscol
ONISEP
ESPE-UPEC

Infos site
Mon service public
Accessibilté
Mentions légales
JO 2024 - Décompte

DSDEN 94
Plan d’accès
Formulaire de contact
Annuaire des écoles
Annuaire des collèges
Annuaire des lycées

Personnels
Webmel
Iprof
Portail Arena
ENSAP
Bulletin Officiel



Sites institutionnels
Ministère de l’Education nationale
Académie de Créteil
Préfecture du Val-de-Marne
Eduscol
ONISEP
ESPE-UPEC

Infos site
Mon service public
Accessibilté
Mentions légales
JO 2024 - Décompte

DSDEN 94
Plan d’accès
Formulaire de contact
Annuaire des écoles
Annuaire des collèges
Annuaire des lycées

Personnels
Webmel
Iprof
Portail Arena
ENSAP
Bulletin Officiel