DSDEN 94 - L’éducation dans le Val-de-Marne

DSDEN 94 - L’éducation dans le Val-de-Marne


DSDEN
École, élèves, familles
Action éducative et pédagogique
Personnels
Jeunesse engagement sport

Fermer X



Fermer X



Fermer X


Personnels d’encadrement
Les concours des personnels d’encadrement

Evenements
2021-2022
2020-2021


Fermer X


Service départemental de la Jeunesse, de l’Engagement et des sports
Service Départemental de la Jeunesse, de l’Engagement et des Sports - SDJES
Présentation du service

Politique de la jeunesse, d’éducation populaire et de la vie associative
Formation et animation


Fermer X


Diaporama À la une

DSDEN

École, élèves, familles

Action éducative et pédagogique

Personnels

Jeunesse engagement sport

Spécial

Agendas

Accueil > Action éducative et pédagogique > Les enseignements > L’école maternelle > Outils de l’enseignant > Gestion de l’espace

Gestion de l’espace

L’enfant et le jeu

Quand nous parlons de jeu, chacun a une représentation liée à son vécu : jeux de société, jeux de cour, jeux collectifs.
La frontière entre le jeu et le rêve, le jeu et l’apprentissage est ténue, ce qui rend la définition du jeu difficile. De plus, il y a les règles du jeu, les temps de jeux, les jeux olympiques, les jeux mathématiques et les aires de jeu.
Et pourtant le jeu, le vrai, garde ses vertus fondamentales de liberté, de création, de spontanéité, de fantaisie, de fantasmes, de rêves. Tout est permis quand on joue.
On fait, on dit « comme si… on y était ».
Si le jeu existe à tout âge, c’est l’investissement du sujet qui varie.

Le jeu a un sens pour celui qui joue, ce sens n’est pas toujours visible pour l’observateur, c’est du domaine de l’imaginaire, un monde qui est recréé. Tout aménagement, tout équipement doit laisser une libre initiative au joueur sur le sens qu’il souhaite donner à son jeu.

Le jeu est une activité relationnelle : c’est une interaction constante entre le sujet et son milieu, une relation à soi, aux autres, aux choses. Les aménagements réalisés permettront aux relations de s’établir et d’évoluer.

Les critères essentiels


1. Le jeu est autotélique  : Il est ouvert à tous les possibles. Le jeu est sa propre finalité, il n’y a pas de production.

2. Le jeu est fonctionnel : S’il n’a pas de finalité hormis lui-même, le jeu a un résultat ; il est fonctionnel, il prépare les gestes et les actions utiles à l’homme adulte, il est une expérimentation de soi-même, il concourt aux développements moteur et psychologique.
L’enfant qui joue développe ses perceptions, son intelligence, ses tendances à expérimenter, ses instincts sociaux et la maîtrise de son corps.

3. Jouer est un comportement global  : L’enfant qui joue s’y investit complètement ; toute son activité y est concentrée, il ne peut pas jouer en faisant autre chose.

4. Jouer est une activité volontaire : On peut accepter ou refuser de jouer, mais ne pas y être contraint.

5. Jouer c’est prendre du plaisir : (même si on est sérieux) C’est de l’ordre de la jubilation ; pensons particulièrement aux jeux de vertige où le plaisir est lié au risque, à la limite entre la stabilité et la chute. Dès qu’il y a déplaisir, on ne joue plus, on s’en va, ou on refait les règles.

6. Jouer c’est entrer en relation  : Même quand son activité est solitaire, c’est-à-dire sans coopération ni opposition motrice avec autrui, l’enfant reste un être social et les autres ne sont pas absents de ses motivations ; il s’agit par exemple d’imiter, de s’initier à une pratique enviée, d’attirer l’attention sur sa personne.
Lorsque les enfants jouent « à côté » les uns des autres, on note beaucoup d’influences réciproques sur les comportements.
Les rencontres fortuites sont une occasion de découvrir l’existence des autres.
Regarder un jeu c’est déjà jouer.
Plus tard le jeu est un espace de rencontres, d’accommodements aux autres ; c’est un lieu d’apprentissage des règles sociales, de leur élaboration, de leur respect, de leur remise en cause, de leur modification.

7. Le jeu a toujours des règles pour les plus jeunes : Implicites, explicites plus tard, elles structurent le jeu. Faire n’importe quoi, n’importe comment, ce n’est pas jouer.
La règle est indispensable au jeu, mais n’est pas la source du jeu. Les règles se définissent comme des lois unissant les éléments de la structure ludique dans l’espace et dans le temps.
Elles assurent par exemple, l’entrée et la sortie du jeu : « on dirait que c’est le matin, on dirait que je suis la maman… ».

8. Jouer c’est faire semblant  : On ne tombe jamais dans l’illusion. En jouant, l’enfant sait qu’il joue, qu’il fait « comme si », même si les plus jeunes n’en ont qu’une conscience implicite. Cela s’illustre quelquefois dans les disputes quand on est traité de mauvais joueur, celui qui « se prend au jeu », qui perd cette notion du faire semblant (ex : bagarre).

9. Le jeu est symbolique, il a toujours rapport à l’inconscient : Le jeu véhicule ainsi tous les désirs exprimés, toutes les frustrations enfouies, refoulées à la faveur de l’éducation.

10. Le jeu se déroule dans un temps et un espace spécifiques : Le jeu se donne des possibilités imaginaires de tracer un dedans et un dehors. Il existe des espaces qui facilitent et stimulent le jeu (forêts, espaces dégagés, squares) et d’autres qui n’interviennent qu’au moment où le jeu a des objectifs précis (terrain de foot).

En résumé


Le jeu est une action ou une activité volontaire, accomplie dans certaines limites fixées de temps et de lieu, suivant une règle librement consentie et complètement impérieuse, pourvue en soi, accompagnée d’un sentiment de tension et de joie, et d’une conscience d’être autrement que dans la vie quotidienne. (Huizinga dans « Homo ludens »).


L’enfant, le jeu et l’école maternelle


« Le jeu c’est le travail de l’enfant, c’est son métier, c’est sa vie. L’enfant qui joue à l’école maternelle s’initie à la vie scolaire, et l’on oserait dire qu’il n’apprend rien en jouant ? » P. Kergomard.

À l’heure où l’école maternelle accueille presque tous les enfants, de 2 à 6 ans, quel est son questionnement par rapport au jeu ?

  • Le jeu n’est-il pas à l’opposé de la notion de travail ?
  • Le jeu a-t-il toute sa place au sein de l’école, de la classe.
  • Les situations de jeu offertes aux enfants leur permettent-elles d’apprendre, de rencontrer les autres, de grandir ?

L’enfant joue avec sérieux, pour lui ce n’est jamais « ne rien faire ». Dans son activité ludique il poursuit la difficulté, l’effort est accepté. Il se donne et respecte des règles, décide, s’exerce, sans risque d’échec. Le jeu est un « non-travail qui a sa propre raison d’être et trouve son but en lui-même » (Martine Mauriras-Bousquet).

Le jeu doit être possible partout où vivent des enfants. À l’école maternelle des lieux et des moments lui sont-ils consacrés, de manière systématique ?
Les cours de récréation sont aménagées et favorisent des pratiques ludiques de toute sorte. Du matériel équipe les "salles de jeu" pour étayer les activités motrices.
Dans les classes, il y a des jeux et des jouets éducatifs dans les coins jeux. L’enfant joue donc à l’école et son jeu est très souvent organisé par l’enseignant, en fonction de ses intentions pédagogiques.
Jeux éducatifs, jeux de lecture, de mathématiques. Concession à l’âge et aux besoins reconnus des enfants, le jeu est souvent un temps spécifique de la démarche pédagogique et devient vite passerelle vers des apprentissages sérieux.

« Tu pourras aller jouer quand tu auras fini  ». Le temps du jeu suit le temps du travail, comme une récompense, ou comme un bouche-trou. C’est une simple récréation.
Ainsi une hiérarchie s’installe : le futile s’oppose au sérieux, l’invisible à l’évaluable, le jeu à l’exercice, le jeu libre au jeu dirigé et l’initiative de l’enfant à celle de l’enseignant.

Le jeu libre devrait être intégré dans l’organisation spatiale et temporelle de la classe. Les jeux spontanés des enfants évoluent avec l’âge et les "coins" présents de la petite à la grande section devraient refléter et soutenir cette progression.
L’absence du regard de l’enseignant sur l’enfant qui joue, l’absence de modification, d’enrichissement des installations matérielles, des types de jeux offerts, le peu d’attention portée à la qualité et au bon état des objets, entraînent l’appauvrissement des conduites ludiques, langagières, et sociales…
Les enseignants ont un travail de valorisation de ces coins jeux à mener, et à réhabiliter dans les classes les pratiques ludiques authentiques des enfants.

À eux de composer le cadre pour :

  • Donner à jouer : les aménagements sont pensés, répondent aux besoins des enfants, leurs intérêts, et évoluent dans le temps.
  • Laisser jouer : l’enfant doit avoir l’initiative du jeu, la liberté et le temps nécessaire pour exercer son imagination, sa créativité.
  • Jouer avec  : éventuellement, si l’enfant sollicite l’adulte, celui-ci est disponible pour être partenaire à niveau égal, sans bouleverser le sens du jeu de l’enfant.

Les espaces de jeux de la classe doivent être l’objet d’une réflexion approfondie quant aux contenus et apprentissages que les enfants peuvent y faire.
Ils nécessitent une préparation soigneuse (écrite et matérielle) au même titre que les autres activités.

 

À cet effet, les exemples de fiches proposées permettront peut-être aux enseignants de sauvegarder ce mode d’apprentissage privilégié qu’est le jeu enfantin.

 

© DSDEN94 - article actualisé le 2 mai 2018

Agenda

Niveau d'alerte



Sites institutionnels
Ministère de l’Education nationale
Académie de Créteil
Préfecture du Val-de-Marne
Eduscol
ONISEP
ESPE-UPEC

Infos site
Accessibilté
Mentions légales
Mon service public

DSDEN 94
Annuaire de la DSDEN
Plan d’accès
Formulaire de contact
Annuaire des écoles
Annuaire des collèges
Annuaire des lycées

Personnels
Webmel
Iprof
Portail Arena
ENSAP
Bulletin Officiel



Sites institutionnels
Ministère de l’Education nationale
Académie de Créteil
Préfecture du Val-de-Marne
Eduscol
ONISEP
ESPE-UPEC

Infos site
Accessibilté
Mentions légales
Mon service public

DSDEN 94
Annuaire de la DSDEN
Plan d’accès
Formulaire de contact
Annuaire des écoles
Annuaire des collèges
Annuaire des lycées

Personnels
Webmel
Iprof
Portail Arena
ENSAP
Bulletin Officiel